CBRWORLD


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Réglages des suspattes: on n'est pas couché !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
le vieux docteur
Legende
Legende
avatar

Nombre de messages : 947
Age : 64
Localisation : Ariège
Date d'inscription : 18/10/2011

MessageSujet: Re: Réglages des suspattes: on n'est pas couché !   Sam 12 Jan 2013 - 10:58

Bah, si tu as des ressorts tarés à 950 grammes, essayes, tu ne seras pas trop loin de la vérité, mais pas 900 grammes. Après, même si les puristes gueulent tu pourras jouer un peu sur la viscosité, 2.5 sera peut-être un peu faible et 5 un peu trop. auquel cas, tu mélanges de la 2.5 à part égale avec de la 5 et ça fait de la 3.75 cheers



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réglages des suspattes: on n'est pas couché !   Dim 13 Jan 2013 - 19:09

Merci cheers

Bon du coup, ressorts commandés et huiles 2,5W & 5W castrol trouvées.

Je vais tâcher de faire ça aux petits oignons. ;)

Sachant que si je trouve encore un peu trop dure, je passerai tout en 2,5W.
Revenir en haut Aller en bas
le vieux docteur
Legende
Legende
avatar

Nombre de messages : 947
Age : 64
Localisation : Ariège
Date d'inscription : 18/10/2011

MessageSujet: Re: Réglages des suspattes: on n'est pas couché !   Dim 13 Jan 2013 - 20:20

travaille bien
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réglages des suspattes: on n'est pas couché !   Mar 25 Juin 2013 - 8:42

Bonjour, et d'abord merci pour ton post, que j'ai lu en entier avant d'intervenir, sur ordre (ou presque) de Ronix qui est passé à la maison la semaine dernière.

Qu'il est agréable d'enfin lire quelqu'un qui ne racconte pas que des conneries, qui établi avec logique des vérités évidentes et poses les bonnes bases pour un travail sain et stable!

Cependant, j'ai une question... Loin de moi l'idée de remettre en cause tes explication, mais il y a un truc qui m'échappe !

Je prend l'exemple de la moto de Ronix un CBR600RR 2008, parce que c'est sur ce cas que je me suis pencher. D'origine, cette fourche est conçu pour fonctionner avec de l'huile de fourche Showa SS47 (rebaptisé pro Honda fork oil pour l'occasion) Cette huile à une viscosité de 47 Cst à 40° (46 et de noix mais j'ai pas la valeur exacte en tête) et tu lui conseilles de mélanger de la 2.5W et de la 5W, ce qui devrait donner, selon les marques, environ 20Cstà40°, sans évoquer de changement de setting.

A la compression, pas vraiment de probleme (encore qu'un transfert de masse trop rapide avec une suspension d'origine pourrait causé des petites frayeurs) par contre, à la détente, ca pourrait etre problématique. Fourche comprimé au point de corde, l'huile est sous pression et donc la moindre force de détente cherchera à ouvrir les clapets, et une huile plus fluide (et pas qu'un peu pour le coup) facilitera donc la remontée de la fourche et le réglage de la vis de détente n'y changera rien puisqu'elle gère essentiellement les flux lents (si j'ai bien compris comment marche une fourche)

Du coup, y'a surement un truc qui m'échappe et j'aimerais bien comprendre, car jusqu'ici, pour moi, pas de gros changement de viscosité sans changement de setting...

d'avance merci,
Jérôme
Revenir en haut Aller en bas
le vieux docteur
Legende
Legende
avatar

Nombre de messages : 947
Age : 64
Localisation : Ariège
Date d'inscription : 18/10/2011

MessageSujet: Re: Réglages des suspattes: on n'est pas couché !   Mar 25 Juin 2013 - 19:02

Je ne suis pas un spécialiste des fluides, loin sans faut, à part peut-être les fluides humains, mais là, on s'égare. :)
Notre problème, seul et unique, est de savoir ce qu'il y a dans nos fourches. Si nous travaillons sur une fourche standard, nous sommes condamnés à utiliser les viscosités du constructeur à une couille de mouche près. Exemple: si c'est de la 20 d'origine, on pourra descendre à 15, à la rigueur utiliser une huile de fourche multigrade (j'ai essayé sur une fourche racing de 2000, avec un résultat acceptable, mais je suis médecin, pas pilote). L'idéal, c'est d'avoir un empilage de clapets racings. En effet, la fourche fonctionne normalement à la détente avec ce type d'empilage, c'est à dire que si tu fermes la détente, et bien tu sais que tu l'a fermée, ta fourche remonte lentement, et le phénomène est d'autant plus évident que tu utilises une huile fluide et tes réglages sont précis et sensibles. Sur une fourche standard, souvent les réglages en détente sont quasi insensibles ouvert en grand ou serré à fond. Tout simplement parce que l'empilage de clapets est pensé pour la route et pas pour ouvrir en grand au point de corde. Sur nos 600 ex Mondial, nous avons des fourches Showa où l'empilage des clapets changeait avec les circuits et le team roulait avec une huile de viscosité zéro affraid et ça marchait pas mal.
Donc, si empilage d'origine route, on oublie la détente (je caricature à peine) sinon, moyennant 250 euros, on a une fourche piste qui fonctionne en compression, j'oserais dire facile, et aussi en détente. Car, n'oublions pas qu'en plus, notre ressort est plus dur, et donc plus vif à la remontée, en théorie tout du moins. Si cela vous intéresse je peux vous donner une adresse ultra sérieuse en MP. Quant au fait que changer l'huile impose de modifier le setting, on est d'accord, mais, tout ce qui a été dit précédemment s'applique quand même pile poil. Comme toujours, il faudrait se rencontrer à l'atelier, devant la fourche et là on se mettrait d'accord en 10 minutes   cheers

Pour corriger un peu ce que je viens d'écrire, les fourches des yam R6 sont d'excellente qualité et permettent un paquet de réglages. Comme quoi, c'est le constructeur qui décide de te vendre une moto de route ou une moto pour rouler le Dimanche sur piste 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réglages des suspattes: on n'est pas couché !   Mer 26 Juin 2013 - 8:46

quand j'aurrais 5min, j'essayerais de faire un petit bref' sur les huiles, à mon petit niveau, et en échange, ca m'interesse d'en savoir plus sur les modification de settings et les choix dans les empillement de clapets...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réglages des suspattes: on n'est pas couché !   Ven 5 Juil 2013 - 13:30

J’ai 5min, voire un peu plus, donc j’essaye de m’y coller…
Pour rappel, je ne suis ni mathématicien, ni physicien, donc mes explications ne seront pas complétées de calcul, et mes petites connaissances étant basé essentiellement sur mes expériences et échanges, elles seront parfois incomplètes ou imprécises, j’en sais peu mais je le partage volontiers…
Je vais essayer de traiter la question de manière généraliste avant de parler du sujet qui nous intéresse, à savoir les huiles de fourche, d’abord parce qu’un petit rappel n’est jamais un luxe, ensuite parce que c’est utile pour comprendre les huile de fourche, enfin pour qu’on est l’impression que je sais plein de truc (que tout le monde ou presque sais déjà)

1/ Minéral ou Synthétique
Ou plutôt 100% synthèse ou semi-synthèse (Synthésis, semi-synthetic, technosynthèse), parce que les huiles minérales ne sont absolument pas adaptés à nos machines modernes (de piste ou non d’ailleurs)
La principale différence, c’est la base qui contient les additifs, solvante pour la semi synthèse et dispersante pour la 100%. En effet, il y a en gros 2 tiers d’huile minérale (donc solvante) dans une semi-synthèse (qui du coup, porte mal son nom). Ce n’est pas vraiment gênant en soit pour une mécanique qui tourne à moins de 7 ou 8000 tours/min,  c’est problématique au-delà car l’huile aura tendance à se centrifuger (et donc à séparer les additifs de leur support) Sur route, on s’en tape puisqu’on repasse très souvent en dessous le brassage fait le reste. Mais sur piste, c’est une autre histoire…
D’où l’utilisation d’une base dispersante sur piste qui aura la capacité de « coller » les molécules  et de ne pas rompre le film d’huile, et de garder tous ces additifs actif plus longtemps. Le revers de la médaille, c’est qu’en dessous de 5/6000 tours, l’huile aura tendance à générer un film « vernis » qui va gêner le refroidissement moteur (heureusement, ce n’est pas instantané, et surtout, c’est totalement réversible). Ces huiles sont donc à proscrire pour un gros twin routier par exemple…mais là, on s’en tape

2/ Huile Auto ou Moto
Le secret, c’est les additifs. J’en ai parlé juste au-dessus. Y’en aura toujours pour dire que je raconte des conneries, que c’est du marqueting…  A cela, passez votre chemin, puisque les plus grands ingénieurs en la question sont des trouduc’ a côté de vous, pas besoin d’explication.
Pour les autres, le raisonnement est simple, comment mon trafic dci 100, donc avec des gros pistons et une turbocompression,  qui a un couple de 240Nm à 2000 tours/min aurait besoin des mêmes additifs que  mon vieux CBR, avec 4 pistons de mobylette et son couple de 65Nm à 10500tr/min. L’un a besoin d’une bonne dose d’additif extrême pression pour ne pas broyer ses coussinets pendant le rodage tandis que l’autre aura besoin de silicone « anti-mousse » pour ne pas transformer l’huile en chantilly à la première montée en régime ou d’additif pour la boite de vitesse (séparée sur les BAR)… Sans oublier la grosse dose d’additifs anti-friction des huiles autos alors que nos embrayages (qui je le rappelle baigne dans l’huile) fonctionne justement grâce à la friction (le Ducatiste qui ferraille au fond de la salle, tu sors)

3/ Des normes hors-norme
D’abord, il existe des normes pour a peu près tout et n’importe quoi, pour les huiles, y’a 2  grandes familles. Les normes de qualité (API chez les ricain, ECEA en europe, JASO en asie, ISO partout) qui n’ont pas grande valeur pour nous, d’abord parce que tous les grands fabricants répondent à toutes ces normes en même temps (pour l’export), ensuite parce qu’elle parle de qualité de fabrication, et non de qualité de produit.
Les normes qui nous intéressent, c’est surtout les normes de viscosité (la viscosité étant la capacité d’un fluide à s’écouler uniformément, que les chimistes et physiciens pardonnent mon vocabulaire) Il existe plusieurs normes là encore donc la norme ISO, surtout utilisé dans l’industrie puiqu’elle a été conçu par eux, pour eux. L’autre grande norme de viscosité est la norme SAE (Society of Automotiv Engineer) défini par une (huile monograde) ou des (huiles multigrade) plages de viscosité dynamique et des utilisations, huile moteur, huile de boite, … (d’ailleurs une huile de boite SAE 75W__ à grossomodo la même viscosité qu’une huile moteur en 15W__ a froid, incoyable non ?)
Cette norme, comme la plus part, donne des grandes lignes, des plages, des orientations, en laissant la possibilité à tous les fabricants de rentrer dans la case qui les arrangent commercialement.

4/ Oui, mais la viscosité, c’est quoi ?
La viscosité n’est pas une norme, ça ne se vend pas, mais ça se mesure. C’est une grandeur physique défini par une unité (au même titre que le mètre défini une longueur et que le cl défini la contenance d’une bonne bière bien fraiche) Et c’est même vachement compliqué.
Il y a la viscosité dynamique (l’inverse de la fluidité), qui a servi à définir la norme SAE et à créer des « cases ». Ça marche très bien pour des huiles moteurs multigrades dont l’évolution de la fluidité en fonction de la température moteur est intéressante, même si c’est pas franchement ce qu’il faut regarder en premier sur un bidon (les mentions « moto » « autos » « diesel » « minéral » « semi-synthèse »… étant, on l’a vu plus hauts, bien plus importantes).
En revanche, dans le cas de nos fourches, l’huile n’est pas là pour lubrifier, mais pour amortir (et lubrifier par la même occasion, on est bien d’accord)

5/ La viscosité cinématique
Ca y est, le nouveau vient nous saouler avec des mots compliqué pour frimer (c’est pas le but premier d’un nouveau ?) Ba oui, n’empêche que j’ai raison (ou plutôt les grands physiciens qui sont passés sur la question avant moi, la plus part en sont d’ailleurs mort depuis des décennies)La viscosité cinématique occulte la cause du déplacement moléculaire en n’évoque que la partie intéressante de la viscosité (pour nous les néo-frites)  Le but premier de l’huile de fourche, c’est d’amortir, et c’est la viscosité cinématique qui va nous donner l’unité de mesure, le stokes (ou m².s-1) ou plutôt pour nous, le centiStokes cSt défini à 40°C sur une échelle logarithmique. Pour ceux que ça intéresse, y’a surement pleins d’explications scientifiques compliquées sur la toile, pour ma part, j’en reste là dans l’explication pratique.
Même si la plus part de fabricant d’huile de fourche utilise la norme SAE sur leur bidon, on se rend très vite compte qu’elle ne correspond pas au besoin de précision que demande la modification et le choix d’une huile de fourche pour la piste (pour avoir un comportement sain et constant en fonction du setting de la fourche)par exemple, la Castrol en 10W est à 32cSt@40°C, alors que la silkolene proRSF en 7.5W est à 37cSt@40°C donc moins fluide alors que l’on pourrait penser le contraire en lisant le bidon.

J’ai trouvé ça sur la toile, ça peut surement vous servir : http://www.transmoto.com.au/fmx/products/7799233/

J’en ai fini avec les fautes d’orthographe, je ne sais pas si j’ai été clair, mais je persiste à penser que modifier l’huile de fourche sans changer le setting n’est pas une bonne solution. Maintenant, la modification de l’empilement de clapet, c’est compliqué, et surtout, ceux qui savent gardent ça bien secret…dommage !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réglages des suspattes: on n'est pas couché !   Mar 23 Juil 2013 - 21:44

Jérome, il faut vraiment que je te démonte mes tubes et te les envoies ! 8)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réglages des suspattes: on n'est pas couché !   Jeu 15 Aoû 2013 - 14:07

Je me penche à nouveau sur le sujet vu que j'ai un peu de temps.

Alors on va voir si j'ai bien compris tout ce qui a été dis.

Si je souhaite passer d'une config 100% origine (huile d'origine, ressorts linéaires tarés à 10,00 N/mm, settings d'origine) à une config personnalisée pour un poids plume comme moi (≈65kg équipé), il me faut avec des ressorts de fourche linéaires tarés à une valeur plus faible (ex: 9,00 N/mm) et une huile dont la viscosité sera plus élevée que celle d'origine.

Dans ce cas là, j'aurais donc avec des ressorts moins dure une plongée plus facile et un plus grand débattement "utile", tandis qu'avec une huile plus visqueuse, je vais ralentir la détente et la plongée.

En résumé, l'huile et les clapets ont surtout un rôle sur la duré des phases de détente et de plongée, alors que les ressorts eux doivent être calibrés uniquement suivant le critère du transfert de masse.

C'est ça, j'ai bien compris ?

Pour information, voici un petit site pas mal : http://www.toutsurlamoto.com/lafourche.htm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réglages des suspattes: on n'est pas couché !   Ven 16 Aoû 2013 - 9:15

comme je te le disais, sur une fourche comme la tienne, on ne monte pas d'huile plus épaisse (a la limite, je dirais même presque au contraire!)
ta fourche possède des réglages en compression et en détente et on va shunter le problème des clapets pour simplifier l'explication (rappellons que ta moto se destine a la piste!)
les réglages hydrauliques, se modifie sur ta machine clic par clic, sur environ une quinzaine de clics en détente (c'est le plus important) et on doit pouvoir en gagner encore cinq ou six par une astuce de montage (mais là, pas besoin car on ne touche pas a la mécanique qui règle l'hydraulique)... A chaque fois que tu desser(t au chocolat) d'un clic, tu ouvres un peu plus le passage de l'huile. plus ton huile est épaisse, plus les crans seront approximatifs (en gros, tu peux ne rien sentir sur 2 clics et modifier le tout radicalement au 3eme) alors qu'avec une huile plus fine, chaque coup de tournevis aura un impact et l'évolution des pressions résultantes sera plus linéaire (principe d'écoulement des fluides, hydraudynamique, Bernoulli... blablabla)
Pourquoi tout les bons manufacturiers en suspenssion ont des plage de réglages très étendu : c'est pour la finesse du réglage!

attention cependant a l'effet inverse, le cone d'ouverture étant inchangé dans ce cas, une huile trop fluide réduirait la plage de réglage cas chaque coup de tournevis aura un impact plus important, jusqu'à la libération quasi-total du fluide, qui arrivera plus vite.

donc comme je te le disais en MP, la silko proRSF 10WT serait idéal pour ta machine!;) 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réglages des suspattes: on n'est pas couché !   Ven 13 Juin 2014 - 20:29

Bon, je reviens sur le sujet, car j'ai désormais un amortisseur neuf qui va bien et des ressorts de fourche tarés à mon poids (9,0Kg). Cependant, dans une parabolique à droite avec un léger dévers négatif, lorsque je suis sur l'angle et que je souhaite refermer la trajectoire pour venir chercher la corde en remettant progressivement du gaz, je sens l'avant qui cherche à se relever/redresser.

D'ailleurs le pneu avant prend du graining sur le bord droit.

Est-ce que quelqu'un aurait une idée de comment je peux régler le soucis ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réglages des suspattes: on n'est pas couché !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réglages des suspattes: on n'est pas couché !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» trouver quel porte-bébé pour gros père de 10 mois
» Réglages combinés filetés Raceland
» Réglage cable d'accélerateur !
» Réglages Micro
» Réglages de gaz et de pas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CBRWORLD :: Vibreurs :: Circuits-
Sauter vers: